Publicité

JOURNAL //
ARTICLE

Imprimer PDF Envoyer à un confrère

Cancérologie

Résultats à long terme d’un essai comparant tamoxifène avec chirurgie dans le cancer du sein de la femme âgée

Publié le 18 Juin 2012

Dr F.May-Levin

Vignette Résultats à long terme d’un essai comparant tamoxifène avec chirurgie dans le cancer du sein de la femme âgée
Alors que plus de 30 % des cancers du sein opérables sont diagnostiqués vers l’âge de 70 ans, le choix du traitement se pose encore souvent, du fait de réticences de la patiente ou encore de son entourage.
Connectez-vous ci-dessous pour pouvoir lire cet article.
L’efficacité du tamoxifène a conduit à le proposer comme seul traitement. C’est pourquoi une équipe londonienne a entrepris, voici près de 30 ans, un essai randomisé comparant tamoxifène et chirurgie dans le traitement d’un cancer du sein localisé chez des femmes âgées de ≥ 70 ans. Deux cents patientes âgées de ≥ 70 ans chez qui on a diagnostiqué un cancer du sein opérable, RH+, ont été randomisées entre 1982 et 1989, avec leur accord, pour être traitées soit par la chirurgie (conservatrice ou mastectomie selon les cas) soit par tamoxifène seul, traitement dont la durée n’est pas précisée. À la date de janvier 2010, avec un recul de 28 ans en moyenne, on n’observe aucune différence significative tant dans le nombre de décès dû au cancer, le temps de survie globale ou de rémission, que dans le taux de récidives locorégionales ou à distance. De même, en cas d’événement évolutif, les traitements en cause ont été croisés : chirurgie contre tamoxifène et viceversa. Les durées de vie après croisement sont identiques dans les deux situations (80 et 83 mois). Bien entendu, à la clôture de l’essai en 2010, toutes les patientes sont décédées, du fait du cancer ou autre ; plus de 50%des décès dus au cancer sont survenus dans les cinq premières années, mais certains très tardifs, jusqu’après 28 ans, ont pu être observés. Ce qui est intéressant dans cet essai c’est la possibilité dans un grand nombre de cas d’avoir une espérance de vie analogue à celle de la population générale, sans exclure l’éventualité de rechutes tardives. Ainsi est confirmée la nécessité d’une surveillance maintenue même à très long terme.

 

VOUS ÊTES DÉJÀ INSCRIT SUR LE SITE :

 

VOUS NÊTES PAS ENCORE INSCRIT,
CRÉEZ VOTRE COMPTE :

PLUS D'ARTICLES SUR LE MÊME THÈME

  • Cure de la colpocèle postérieure : les recommandations de la FDA ont-elles modifié la donne ?

    Publié le 10 Juin 2016

    P. DEBODINANCE, Centre hospitalier, Dunkerque

    En juillet 2011, les décisions de la FDA faisaient l’effet d’une bombe dans le petit monde des implants de renfort prothétique utilisés dans la cure du prolapsus uro-génital. Qu’en est-il exactement, et plus particulièrement dans le...

    Lire la suite
  • Déclenchement de l’ovulation par les agonistes GnRH

    Publié le 10 Juin 2016

    A. GUIVARC’H-LÉVÊQUE, Clinique mutualiste La Sagesse, Rennes

    Le déclenchement de l’ovulation par agoniste du GnRH est aussi efficace que par l’hCG en termes d’efficacité, et a l’énorme avantage de supprimer le risque d’hyperstimulation ovarienne. En revanche, il entraîne une insuffisance...

    Lire la suite
  • Cancer de l’endomètre : quand penser au syndrome de Lynch ?

    Publié le 10 Juin 2016

    A.-S. BATS, P. LAURENT-PUIG, C. BENSAID, C. NGO, P. CAPMAS, C. COURNOU, C. NOS, F. LECURU, Chirurgie cancérologique gynécologique et du sein et oncogénétique, Réseau francilien de prise en charge multidisciplinaire des personnes prédisposées héréditairement au cancer colorectal PRED-IDF, Hôpital européen Georges-Pompidou, Paris

    Le syndrome de Lynch est une prédisposition héréditaire aux cancers, notamment du côlon, de l’endomètre et de l’ovaire, en rapport avec une mutation des gènes de réparation des mésappariements de l’ADN, qui confère...

    Lire la suite
Publicité
Articles les plus vus
Publicité
Publicité