Publicité

JOURNAL //
ARTICLE

Imprimer PDF Envoyer à un confrère

Endocrinologie

8e congrès européen d'endocrinologie. Les dangers d'une hypothyroxinémie modérée et transitoire pendant la grossesse

Publié le 6 Avr 2006

Dr Jean-Michel Brideron

Vignette 8e congrès européen d'endocrinologie. Les dangers d'une hypothyroxinémie modérée et transitoire pendant la grossesse
ECE. Glasgow - 6 avril 2006. Les hormones thyroïdiennes sont nécessaires au bon développement du cerveau foetal. Le transfert transplacentaire materno-foetal de la thyroxine (T4) représente une partie importante de la T4 sérique foetale pendant la 1ère moitié de la grossesse. L'hypothyroïdie maternelle franche conduit au classique syndrome d'hypothyroïdie néonatale associant retard mental, déficit auditif et spasticité musculaire. Cependant, des anomalies plus discrètes de la production des hormones thyroïdiennes, caractérisées par une augmentation de la TSH et/ou une baisse de la forme libre de la T4 (FT4) dans la 1ère moitié de la grossesse, pourraient également induire des anomalies du développement cérébral foetal.
Connectez-vous ci-dessous pour pouvoir lire cet article.
Les études histologiques chez le rat ont confirmé qu'une hypothyroxinémie maternelle modérée et transitoire affectait malgré tout le développement cérébral foetal. De même, chez des enfants âgés de 7 à 9 ans nés de mères ayant présenté une augmentation de leur taux de TSH sérique lors de leur grossesse, le QI était inférieur de 4 points aux témoins de même âge. En cas d'association avec une FT4 diminuée, le retard atteignait 7 points. Une autre étude a retrouvé une baisse des capacités mentales et motrices de 8 à 10 points dès l'âge de 1 à 2 ans, en cas de taux de FT4 à 12 SA au 10ème centile de la courbe de distribution. Il existait également des troubles visuels précoces et des déficits de l'attention avec hyperactivité comparables à ceux des grands prématurés avec hypothyroxinémie transitoire. Toutes ces données confirment donc les effets défavorables d'un taux maternel insuffisant de FT4 en début de gestation. Malheureusement, à ce jour, le taux inférieur limite de cette hormone chez la femme enceinte n'est pas connu. Clinicien chargé de la surveillance des femmes enceintes, il ne faudra néanmoins pas hésiter à adresser à l'endocrinologue toute perturbation même modeste du bilan hormonal thyroïdien qui sera demandé avec facilité surtout dans la première moitié de la gestation.

 

VOUS ÊTES DÉJÀ INSCRIT SUR LE SITE :

 

VOUS NÊTES PAS ENCORE INSCRIT,
CRÉEZ VOTRE COMPTE :

PLUS D'ARTICLES SUR LE MÊME THÈME

  • Insuffisance ovarienne et infertilité : optimiser la prise en charge

    Publié le 10 Nov 2016

    F. LEPERLIER, CHU de Nantes

    Dix à 20 % des patientes consultant pour infertilité présentent une insuffisance ovarienne prématurée (IOP) induisant une prise en charge plus complexe et des chances de grossesse diminuées. Quelle procédure d’assistance médicale...

    Lire la suite
  • Hyperandrogénie postménopausique

    Publié le 2 Nov 2016

    J. SARFATI, Hôpital Saint-Antoine, Paris

    Au cours de la ménopause, un déséquilibre entre estradiol et testostérone peut être responsable de signes hyperandrogéniques de vieillissement naturel. L’hyperandrogénie est définie par un taux de testostérone plasmatique...

    Lire la suite
  • Conséquences fœtales de l'obésité maternelle

    Publié le 2 Nov 2016

    L.-D. VAN EGROO, Saint-Cloud

    Du désir de grossesse aux deux premières années de vie, ce sont 1 000 jours de fenêtres d’opportunité, mais aussi de vulnérabilité, à ne pas manquer pour la santé de l’adulte de demain et par exemple prévenir les...

    Lire la suite
Publicité
Articles les plus vus
Publicité
Publicité