Version PDF

Contraception

19 juin 2008

Que pensent les françaises de la contraception ?

Dr Julie Perrot
Cette étude a été menée en 2007 auprès d’un échantillon représentatif de femmes françaises âgée de 15 à 45 ans dans le but de connaître leur perception de la contraception, leurs attentes et satisfactions dans ce domaine (1) (2). 10 000 femmes ont ainsi été interrogées à l’aide d’un auto questionnaire adressé par voie postale. 5 963 réponses ont été obtenues.
Un sentiment de liberté, et des attentes avant tout en termes de sécurité et de tolérance Dans cette cohorte de près de 6 000 femmes participant à l’enquête, 79 % ont déclaré que choisir une contraception était une décision « très importante » ou « extrêmement importante ». Parmi ces femmes, 80 % considéraient être bien informées sur les différentes méthodes contraceptives. Les perceptions rapportées variaient en fonction de l’âge. Chez les femmes âgées de 25 ans ou plus, la contraception était ressentie comme un facteur de liberté ou de progrès plus souvent que chez les plus jeunes. En revanche, les sentiments négatifs éprouvés à l’égard de la contraception ne sont pas apparus liés à l’âge. 11 % des participantes percevaient la contraception comme dangereuse pour la santé, et 9 % se plaignaient de la pression sociale poussant les femmes à utiliser une contraception, même lorsqu’elles n’en voulaient pas. La contraception orale était vécue comme contraignante. Sécurité d’utilisation et bonne tolérance étaient les premières attentes, et l’étude montre une association entre ces attentes et la méthode contraceptive utilisée, tandis que les réponses aux questions intéressant l’impact sur la vie sexuelle soulignent le sentiment de liberté offert par la contraception. Dans cette population d’étude, où 46 % des femmes utilisaient une contraception orale, 15 % un stérilet et 6 % des préservatifs, la plupart des femmes étaient satisfaites de leur contraception. Interrogées sur le désir de poursuivre la même méthode, 96 % des femmes utilisant un stérilet ont déclaré vouloir poursuivre cette contraception ; cette proportion étant de 90 % pour la contraception orale et de 74 % chez les utilisatrices de préservatifs.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité