Version PDF

Cancérologie

13 déc 2006

Les hyperplasies épithéliales atypiques mammaires sous le microscope

Dr Jean-Michel Brideron
SFG – Paris. « Il faut opérer les hyperplasies épithéliales atypiques mammaires. » Tel est le message qu’a voulu faire passer le Dr Olivier Graesslin lors de la présentation de son étude rétrospective dont l’objectif était de comparer les résultats histologiques de la biopsie percutanée par Mammotome et de l’exérèse chirurgicale considérée comme le gold standard.
  Ont été sélectionnées 68 lésions d’hyperplasie épithéliale atypique (HEA) du sein diagnostiquées par biopsie percutanée et secondairement opérée, après repérage stéréotaxique radiologique. Les lésions histologiques comprenaient 29 HEA de type canalaire, 32 HEA de type lobulaire, 5 formes mixtes et 2 carcinome lobulaire in situ. 7 cas initialement classés en HEA canalaire, après biopsie, se révélèrent correspondre, après chirurgie, à 6 carcinomes canalaires in situ et 1 carcinome canalaire invasif. Dans cette série, on évaluait donc à 10 % le risque de sous-estimation de cancer du sein par la biopsie percutanée. En analyse multivariée ajustée sur divers facteurs comme l’âge, les antécédents, le grade radiologique, la taille radiologique (…), seul le type histologique canalaire s’associait au risque de sous-estimation diagnostique (p < 0,05). Dans cette étude, le diagnostic d’hyperplasie épithéliale atypique canalaire du sein établi par biopsie percutanée est erroné une fois sur dix. Pour l’auteur, cela justifie un complément chirurgical systématique devant ce type de résultat.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité