Version PDF

Utérus

21 mar 2010

HPV : le vaccin quadrivalent fait ses preuves chez les plus de 25 ans

Dr Roseline Péluchon

Les revues professionnelles se sont beaucoup étendues sur l’efficacité du vaccin anti-HPV quadrivalent (types 6/11/16/18) dans la prévention des cancers du col de l’utérus et des condylomes génitaux, chez l’adolescente et l’adulte jeune. Quelques articles étaient toutefois consacrés aussi à l’analyse des résultats intermédiaires d’une étude concernant son efficacité chez la femme de 24 à 45 ans. Cette étude est à présent terminée et livre ses résultats après un suivi moyen de 3,8 ans.

Il s’agissait d’un essai contrôlé randomisé, en double aveugle, dans lequel 3 819 patientes avaient été enrôlées. Aucune d’elles n’avait d’antécédent récent (moins de 5 ans) de lésion cervicale, de conisation, d’hystérectomie ni de condylomes génitaux. Chaque patiente a reçu 3 doses du vaccin quadrivalent ou un placebo, et devait se soumettre à un examen gynécologique avec un frottis tous les 6 mois. Et les résultats de cette évaluation ne déçoivent pas. En effet, une seule lésion a été dépistée dans le groupe ayant reçu le vaccin quadrivalent, il s’agissait d’un CIN2, alors que parmi les patientes ayant reçu le placebo, 23 lésions ont été diagnostiquées. Dans cette tranche d’âge, des 24- 45 ans, l’efficacité du vaccin quadrivalent dans la prévention des CIN et des condylomes génitaux dus aux HPV-6/11/16/18 est donc estimée à 95,7 % (intervalle de confiance à 95 % [IC95] entre 73,4 et 99,9). Un autre objectif de l’étude était d’évaluer l’efficacité de ce vaccin contre les lésions persistantes pendant plus de 6 mois, et les résultats ne manquent pas non plus d’intérêt, puisque les auteurs notent une efficacité de 89,6 % (IC95 entre 79,3 et 95,4), ce qui correspond à 9 cas de lésions dépistées chez des patientes ayant reçu le vaccin quadrivalent versus 85 cas chez des patientes ayant reçu le placebo. Le bilan de fin d’étude de cet essai multicentrique confirme les attentes nées des résultats intermédiaires et conclut à l’efficacité du vaccin quadrivalent chez les patientes de 25 à 45 ans. Précisons toutefois que cette tranche d’âge n’est pas incluse dans les recommandations officielles de la vaccination.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité