Version PDF

Gynécologie générale

15 nov 2011

Endométriose : morbidité persistante malgré les traitements chirurgicaux

Dr Viola Polena

L’endométriose est une maladie très fréquente. Et, en dépit des différents traitements disponibles, la maladie récidive et les symptômes persistent dans de nombreux cas.

 
Effectuée par le « WERF EndoCost Consortium » qui regroupe 12 centres tertiaires dans 10 pays, cette étude a évalué, d’une part, la fréquence des traitements chirurgicaux chez les femmes présentant une endométriose, et d’autre part, la persistance des symptômes après la chirurgie. Parmi les 3 216 femmes contactées, 1 450 ont signé le consentement et 931 ont répondus à un questionnaire rétrospectif concernant les symptômes associés à l’endométriose et l’histoire médicale. L’âge moyen des femmes était de 36 ans (14-67 ans) et l’âge moyen au moment du diagnostic était de 30 ans (12-65 ans). L’intervalle moyen entre les premiers symptômes et le diagnostic était de 5,3 ans (0-38 ans) et le nombre moyen d’interventions chirurgicales avant l’étude était de 2,3 (0-16 ans). Sur l’ensemble des femmes, 89 % ont subi au moins une intervention par laparoscopie, et 37 %, au moins une laparotomie pour traiter l’endométriose. Les troubles d’infertilité au cours de la vie étaient présents chez 44 % des femmes. Concernant la période de trois mois précédant le remplissage du questionnaire, 59 % des femmes rapportaient des dysménorrhées qui étaient qualifiées de « fréquentes » dans 79 % des cas et qui nécessitaient la prise d’antalgiques dans 82 % des cas. Vingt-sept pour cent des femmes souffrant de dysménorrhée n’étaient pas en état de travailler et 39 % étaient alités à cause des douleurs. Une dyspareunie était rapportée par 56 % des femmes. Parmi celles-ci, 64 % étaient obligées d’interrompre la poursuite des relations sexuelles à cause des douleurs et 72,8 % évitaient la pénétration. Une douleur pelvienne en dehors des menstruations et/ou pendant la pénétration (douleur chronique) était rapportée par 61 % des femmes et 2/3 d’entre elles prenaient un traitement antalgique. En conclusion, de multiples interventions chirurgicales sont nécessaires pour la prise en charge des symptômes associés à l’endométriose. Et la majorité des femmes présentant une endométriose continue de souffrir malgré les multiples traitements effectués dans des hôpitaux spécialisés.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité