Version PDF

Ménopause

20 jan 2009

Effets de la ménopause précoce sur le profil lipidique

Dr Louis Elgozi
Le déclin prématuré de la fonction ovarienne se traduisant par une ménopause précoce s’accompagne d’une augmentation d’incidence des événements cardiovasculaires chez la femme. Une équipe a étudié le profil lipidique de 90 femmes correspondant à cette définition et ne prenant pas de traitement hormonal substitutif, et l’ont comparé à celui de 198 femmes témoins de même âge ne prenant pas de contraception hormonale. Après ajustements sur l’âge, l’indice de masse corporelle et le tabagisme, il a été mis en évidence chez les femmes ménopausées une augmentation significative des concentrations de triglycérides ; les taux de HDL-cholestérol étaient plus bas, à la limite de la significativité. Aucune corrélation n’a été trouvée entre les triglycérides ou les autres paramètres lipidiques et les concentrations d’estradiol ou le délai depuis le début de la ménopause. En revanche, l'index d'androgènes libres, la SHBG et la testostérone étaient significativement corrélés avec les concentrations de triglycérides et/ou de HDL-cholestérol, ce qui ferait de ces paramètres de meilleurs marqueurs du risque lipidique que les taux d'estrogènes circulants.
Le déclin prématuré de la fonction ovarienne se traduisant par une ménopause précoce s’accompagne d’une augmentation d’incidence des événements cardiovasculaires chez la femme. Une équipe a étudié le profil lipidique de 90 femmes correspondant à cette définition et ne prenant pas de traitement hormonal substitutif, et l’ont comparé à celui de 198 femmes témoins de même âge ne prenant pas de contraception hormonale. Après ajustements sur l’âge, l’indice de masse corporelle et le tabagisme, il a été mis en évidence chez les femmes ménopausées une augmentation significative des concentrations de triglycérides ; les taux de HDL-cholestérol étaient plus bas, à la limite de la significativité. Aucune corrélation n’a été trouvée entre les triglycérides ou les autres paramètres lipidiques et les concentrations d’estradiol ou le délai depuis le début de la ménopause. En revanche, l'index d'androgènes libres, la SHBG et la testostérone étaient significativement corrélés avec les concentrations de triglycérides et/ou de HDL-cholestérol, ce qui ferait de ces paramètres de meilleurs marqueurs du risque lipidique que les taux d'estrogènes circulants.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité