Version PDF

Thérapeutique

27 oct 2008

Diurétiques de l’anse : pas d’augmentation du risque fracturaire chez les femmes âgées

Dr Odile Biechler
Pour évaluer le retentissement de la prise d’un diurétique de l’anse sur la densité minérale osseuse et le risque fracturaire chez les femmes âgées, 2 980 femmes de plus de 65 ans ont été suivies en moyenne pendant 4,4 ans, avec mesures régulières de la densité minérale osseuse.
La prise d’un diurétique de l’anse est apparue significativement associée avec une petite accélération de la perte osseuse au niveau de la hanche totale, qui persistait après ajustement pour de nombreux facteurs confondants (âge, poids, activités quotidiennes, alcoolisme, apport journalier de calcium, activité physique, diabète, tabagisme). En revanche, le risque de chutes, de fractures de hanche ou d’autres fractures non vertébrales n’était pas augmenté chez ces patientes.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité