Version PDF

La France à l'international

28 mai 2021

Dysfonctionnement du plancher pelvien : la césarienne est-elle justifiée ?

D. ROTTEN, Paris

Les publications des Français dans les revues internationales

B. Gachon, R. De Tayrac, T. Schmitz, T. Mahmood, J. Nizard, X. Fritel. Should we advise women that pre-labor caesarean secion prevents pelvic floor dysfuncion? Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol 2020 ; 244 : 31-4. L’accouchement par voie basse est réputé être un facteur de risque de survenue des dysfonctionnements du plancher pelvien (DPP). Avant de promouvoir la pratique de césariennes, en début de travail et à titre préventif, il faut faire la démonstration d’un lien de causalité, et pas seulement d’une association statistique. En l’absence de preuves expérimentales possibles, il est nécessaire de suivre des règles méthodologiques strictes pour admettre la plausibilité du lien de causalité. Le travail présenté ici est une revue critique et structurée de la littérature sur le sujet. Cohérence et puissance de l’association La plupart des publicaions, travaux originaux et revues générales, rapportent une associaion significative entre pratique de césariennes avant tout début de travail et protecion vis-à-vis de la survenue des prolapsus génitaux. Ceci plaide en faveur d’un lien de causalité. Les résultats sont en revanche disparates concernant la survenue d’inconinences urinaires, plusieurs publicaions rétrospec-ives comme prospecives rappor-tant des résultats négaifs. Concernant l’inconinence anale ou les dysfoncions sexuelles féminines, les données publiées sont trop éparses pour être soumises à une analyse de causalité. Spécificité de l’effet En cas de survenue d’un DPP, il est difficile d’en atribuer la survenue à la seule influence de la voie d’accouchement. Temporalité L’existence préalable d’un DPP est elle-même un facteur de risque majeur de survenue d’un DPP. Or, peu d’études sur l’influence de la voie d’accouchement ont pris en compte l’éventuelle présence d’une inconinence urinaire ou d’un prolapsus génital avant ou pendant la grossesse précédant l’événement index. Les résultats concernant la survenue d’éléments de prolapsus génital ou d’inconinence urinaire ou pendant la grossesse sont varia-bles. Combinées, ces constataions ne permetent pas d’affirmer un lien de causalité. Gradient biologique Il semble atesté, puisque le risque de DPP augmente avec le nombre de grossesses. Mais la restricion précédente concernant le moment d’appariion des troubles par rapport au critère examiné s’applique a foriori ici. Cohérence biologique L’élongation du nerf pudendal et l’augmentation de la mobilité des organes pelviens sont effectivement majorées après accouchement par voie basse en comparaison avec une césarienne. Mais dans les deux cas, un retour à la normale, généralement constaté au délai de douze mois, enlève de la pertinence à ce critère. En conclusion, l’associaion entre DPP et accouchement par voie basse est atestée pour les prolapsus génitaux, mais ne réunit pas les critères néces-saires à la démonstraion d’un lien de causalité. L’associaion est moins patente concernant l’inconinence urinaire. Au total, sous réserve de résultats convaincants d’études cliniques bien menées, il n’y a pas actuellement d’indicaion à conseiller une césarienne avant tout début de travail pour prévenir les DPP.  Rubrique coordonée par D. Rotten

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité