Version PDF

SOPK : la précocité du diagnostic aurait une influence positive sur la fécondité

Persson S et coll. Hum Reprod 2019 ; 34 : 2052-60.

Une étude suédoise a inclus toutes les femmes nées entre 1971 et 1997 pour lesquelles avait été posé le diagnostic de syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ou d’infertilité anovulatoire afin de savoir si ses femmes avaient réellement une fécondité réduite. Chacune de ces 45 000 femmes a été...

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

21 nov 2019