Version PDF

Contraception

18 oct 2007

Stérilisation féminine et masculine

Dr Julie Perrot
La stérilisation, méthode contraceptive irréversible la plus répandue de par le monde, a fait l’objet d’une communication du Dr Beerthuizen (Pays-Bas).
Rappelons qu’environ 180 millions de femmes et 42 millions d’hommes ont recours à la stérilisation à visée contraceptive dans le monde avec une prévalence de stérilisation dans les pays moins développés de 22 % chez les femmes et de 4 % chez les hommes versus 11 % et 6 % respectivement dans les pays plus développés. Les méthodes utilisées, leur efficacité, les inquiétudes qu’elles suscitent ont été passées en revue au cours de cette présentation.
Méthodes Chez la femme La stérilisation par ligature des trompes, coagulation, suture, pose d’anneaux ou de clips, le plus souvent sous laparoscopie sous anesthésie générale, avec hospitalisation de courte durée, et les procédures plus récentes d’implantation d’un micro-implant par hystéroscopie (Essure®, Adana®, Ovabloc®), sous anesthésie locale, ont été abordées. Chez l’homme La vasectomie sans scalpel, a été présentée comme la méthode de choix, sous anesthésie locale.   Efficacité et risque L’efficacité de toutes ces techniques s’est avérée élevée mais le Dr Beerthuizen observe que cette efficacité est dépendante de l’expérience du chirurgien, et insiste sur la prise en compte du risque de grossesse extra-utérine (GEU) après obstruction tubaire. Il rapporte ainsi des pourcentages cumulés de grossesses sur 10 ans, respectivement de 2,48 pour la coagulation bipolaire (et 1,71 % de GEU sur 10 ans), 0,75 pour la coagulation  unipolaire (GEU : 0,18), 1,77 pour les anneaux (GEU : 0,73),  0,2-0,3 pour les clips de Filshie, 3,65 pour les clips de Hulka (GEU : 0,85), et 2,01 pour la technique de Pomeroy (GEU : 0,75). Par ailleurs, les pourcentages cumulés de grossesses étaient de 0,128 % sur 5 ans pour la technique Essure®, de 0,4 à 2,6 % sur 10 ans pour les techniques Adana®/Ovabloc®, et de 0,1 à 0,5 % pour la vasectomie sur 10 ans. Il a évoqué aussi l’efficacité des méthodes alternatives à long terme, réversibles, comme les implants sous-cutanés d’étonogestrel (Implanon®, indice de Pearl : 0-0,3), du dispositif intra-utérin au lévonorgestrel (Mirena®, indice de Pearl : 0,1-0,2) et de l’implant Gynefix®, indice de Pearl : 0,2-0,5), comparable à celle des méthodes de stérilisation. Les taux de complications de la stérilisation féminine intra-abdominale sont plus élevés que ceux de la stérilisation masculine simple en ambulatoire : 1,7 à 4 p. 100 000 complications fatales pour la première versus 0 pour la seconde.   Inquiétudes Enfin, les mythes et craintes intéressant la stérilisation masculine, et concernant en particulier l’augmentation des risques d’athérosclérose, d’ostéoporose, de cancers du testicule et de la prostate, et d’impuissance, sont, selon le Dr Beerthuizen, « sans fondement réel ». 

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité